Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 06:49
Sebastien Di Natale

Sebastien Di Natale

Les galets de la plage et la courbe parfaite

De ta baie peuplée d'anges ignorant les marées

S'étalent en parure le long de la cité

Comme un collier d'azur au cou d'une coquette.

Des places à l'italienne aux modestes courettes

Résonnent tous les rires d'enfants du bel été

Et le feu d'artifice au 14 juillet

Illumine la « Prom » de ce grand jour de fête.

Quand la lumière meurt, laissant place à la nuit

La foule disparaît engloutie dans un cri

L'horreur rugit en sang dans son enfer immonde.

Les enfants sont fauchés, poussettes renversées,

Mort sur la Promenade au soir du bel été

Le camion a surgi écrabouillant le Monde.

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 15:20
INDICIBLE

Hébétés, sidérés, statufiés, pétrifiés.

Comment raconter l'indicible ?

Comment libérer les sanglots figés dans le sang coagulé ?

Hébétés, sidérés, statufiés, pétrifiés.

Liberté, Égalité, Fraternité,

Plus que jamais, se rassembler.

Repost 0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:32
"Prière" de Bernard Brunstein - http://peinturedebernard.over-blog.com/2015/08/quelques-traits.html

"Prière" de Bernard Brunstein - http://peinturedebernard.over-blog.com/2015/08/quelques-traits.html

FRATER MEUS

Je ne sais te le dire, encore moins te l'écrire

Mais je sais que tu sais.

Que ce lien qui nous lie,

Arrimé à l'Enfance

Déroulé par le sang,

Est accroché au cœur.

Cet Amour fraternel est chose indicible ;

C'est comme une évidence,

Les mots sont inutiles ;

Il fait partie de nous.

C'est un peu de moi-même

Qui coule à travers toi,

Qui fait de toi mon frère.

Si la parole manque,

Les actes ne mentent pas.

Un café partagé, un fou-rire complice,

Le coup de main donné

Dans les difficultés.

Toi, tu es là pour moi,

Moi, je le suis pour toi,

Et même nos querelles

Deviennent Fraternité.

Repost 0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 06:06

Le dernier mot de chaque vers provient du poème "Clair de lune " de Verlaine. La contrainte est d'écrire ce qu'il y a avant...

 

 

C'est juste au crépuscule, à ce moment choisi,

Que les feuilles d'automne dansent la bergamasque

Dans le vent d'Italie ; la bourrasque quasi

Chantante tourbillonne, éphémère et fantasque.

 

Écoute ses murmures en bruissement mineur.

Ils reviennent le soir à l'heure opportune,

À l'heure frissonnante qui faisait mon bonheur

Quand, blottie dans tes bras, je contemplais la lune.

 

Cette perle accrochée aux cieux obscurs et beaux

Irise les nuages et pare les grands arbres

De sa clarté nacrée qui coule comme l'eau

Sur ma tombe oubliée, en sublime les marbres.

Repost 0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 10:42
Dame Pougnette, appelée également Lucy... c'est selon qui l'appelle...

Dame Pougnette, appelée également Lucy... c'est selon qui l'appelle...

FABLE DE LA POUGNETTE

 

 

 

 

Un chien teigneux, parfois battu,

De cet état n'en pouvait plus.

"Comment faire pour changer mon maître ?"

Aboyait fort la pauvre bête.

 

Ce cri parvint à Dame Pougnette

Qui lui indiqua la recette :

"Pour dresser son pépère à chien

Il faut y mettre un peu du sien.

 

Une léchouille de temps en temps,

Un regard doux et implorant,

Et le biscuit, la récompense

Te tombent direct dans la panse.

 

Quand tu veux une promenade

Ramène les pompes de la balade.

C'est un message subliminal

Qu'il pige vite... C'est génial !

 

Pour l'inciter à se bouger

Saute de joie, jappe de gaîté.

Ça le fait fondre, il te trouve drôle,

Devient champion aux jeux de rôles !

 

Laisse-lui croire qu'il commande,

C'est son égo qui en redemande.

Il ne sait pas que c'est bien toi

Qui tient la laisse qu'il a au bras.

 

Et puis le soir, après dîner,

Quand il squatte le canapé,

Ne te laisse pas déposséder,

Installe-toi à ses côtés.

 

Tu auras alors des caresses

De sa main chaude de tendresse.

Il ne te reste qu'à t'endormir,

Soupirant d'aise et de plaisir.

 

Même topo pour la mémère,

Et c'est la fin de ta galère."

 

Repost 0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 10:57
MON TESTAMENT

Soirée "écrire des histoires" chez Viviane, le mercredi 11 juin.
Thème : inventer une variante d'une chanson de Léo Ferré, le "Testament poétique" après avoir repris la première strophe du poème.

pour écouter la chanson, un clic sur le lien ci-dessous :

MON TESTAMENT

 

 

Avant de passer l'arme à gauche

Avant que la faux ne me fauche

Tel jour telle heure en telle année

Sans fric sans papier sans notaire

Je te laisse ici l'inventaire

De ce que j'ai mis de côté

 

Cet edelweiss que tu m'avais donné,

L'album photo des premières vacances,

Les vieux faire-parts de nos jolis bébés

Que tu créas au jour de leur naissance.

 

Toutes les étoiles qui scintillent au ciel,

Albiréo qui a ma préférence

Et les jours bleus éclairés de soleil

Les fins d'été lorsque les feuilles dansent.

 

Les notes claires au son de ta guitare,

Les grands fous-rires sous l'ancien cabanon,

Les secrets clos au fond de la mémoire,

Nos chiens, nos chats autour de la maison.

 

Et tout le reste, les choses indicibles,

La poésie au creux du quotidien,

La traversée, le temps à la dérive,

Comme du sable qui coule de nos mains.

Repost 0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 11:05

ÇA

Dans les mystères immenses du temps et de l'espace, je sens tes bras autour mes épaules et je n'ai pas peur.

Dans les mystères immenses du temps et de l'espace, je sens tes bras autour mes épaules et je n'ai pas peur.

 

 

 

ÇA

 

Ça serre en moi, ça étouffe, ça piétine,

Ça pèse, ça coule à pic aux abysses du moi,

Ça enfle, ça s'agite, ça me noie, ça chagrine,

Ça se cache dans les limbes aux frontières de l'effroi.

 

Ça remonte des gouffres obscurs de la mémoire,

Ça transperce le temps, tentacules d'horreur,

Ça brandit la détresse, la peine, la douleur,

Ça empoisonne l'âme d'un amer venin noir.

 

Ça gicle sur le présent, ça vomit la souffrance,

Ça exhale les remugles des amours torturés,

Ça surgit au détour d'un mot, d'une pensée,

Ça se lève, ça frappe, ça cloue d'un jet de lance.

 

Ça hurle en moi, ça crie, ça se débat,

Ça explose de rouge au sang de la bataille,

Ça hurle en moi, ça ravage, ça broie,

Ça - les démons griffus - déchire mes entrailles.

Repost 0
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 07:32
ENGLOUTI

ENGLOUTI

 

 

 

Aux inquiétudes des eaux sombres,

Le lac se clôt sur ses secrets.

En clair-obscur, dans la pénombre,

Je me blottis dans le passé.

 

Le lac se clôt sur ses secrets,

Sur les eaux lourdes comme un couvercle.

Je me blottis dans le passé,

Les souvenirs sournois m'encerclent.

 

Sur les eaux lourdes comme un couvercle

Un nuage noir s'est posé.

Les souvenirs sournois m'encerclent,

Et tremble mon amour blessé.

 

Un nuage noir s'est posé,

Le lac frémit, l'orage oppresse.

Et tremble mon amour blessé,

Dernier frisson de ma détresse.

 

Le lac frémit, l'orage oppresse.

Le vent chuchote un goût de pluie,

Dernier frisson de ma détresse.

Mon amour s'est évanoui.

 

Le vent chuchote un goût de pluie,

L'onde se plisse en vagues ombres.

Mon amour s'est évanoui

Aux inquiétudes des eaux sombres.

 


 

Repost 0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 09:03

Un poème en triolet :


Un triolet est un poème à forme fixe composé de huit vers sur deux rimes et dans lequel les premier, quatrième et septième vers, ainsi que les deuxième et huitième vers, sont identiques. Le mètre d'un triolet est généralement octosyllabique. Il peut être composé de deux quatrains ou bien d'un seul tenant, formant un huitain que l'on appelle alors triolet continu. (wikipédia)

L'OUBLI

 

L'OUBLI

Le sable, comme une eau grise,

Gouttes minérales d'oubli,

Engloutit les bonheurs enfuis.

Le sable, comme une eau grise...

Quand le temps se volatilise,

Les amours sont ensevelis.

Le sable, comme une eau grise,

Gouttes minérales d'oubli.

 

Repost 0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 15:53
"D" Dérives & Divagations

"D" Dérives & Divagations

 

Un modeste recueil de "D" comme...

 

DIVAGATIONS, DÉRIVE, DOUTE, DOULEUR, DÉSESPÉRANCE...

 

Son univers douloureusement nostalgique se désagrège jusqu'au délire d'une impossible mort.

Repost 0

Présentation

  • : Des textes issus d'ateliers d'écriture...
  • Contact

Profil

  • ALBIREO

Recherche

Pages