Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 15:03

ATELIER CHEZ VIVIANE DU 20 02 2013
Animé par Colette

 

1e thème :
Un bal masqué en employant les mots : confetti, masque, grosse-tête, char, fleurs, Venise, mascarade, serpentin, plâtre, farine, fou, roi, ratapinhata (chauve-souris en niçois, symbole de résistance dans le Comté niçois), costume, Brésil, corso, et en se mettant dans la peau d'un personnage, tiré au hasard, en ce qui me concerne : Pantalone


2e thème :
La nuit , une fenêtre éclairée, imaginez une histoire avec les ombres qui apparaissent à travers la fenêtre ....

 

P1020211

 

Thème 1 :

 

La salle de bal déborde de lumière et de fleurs. Sous les masques de plâtre qui ornent les murs, les ratapinhatas battent des ailes, éclaboussant de confettis les danseurs virevoltants.
Moi, je préfère savourer des gâteaux aux trois farines, en faisant le fou devant le Roi de cette mascarade. Je promène mon long nez crochu, hérité de la Commedia dell' Arte, dans cette fête tourbillonnante. Les costumes des gens me rappellent davantage les finesses de Venise que les grosses-têtes de Nice. Mais soudain, dans une explosion de serpentins, un corso venu du Brésil traverse la salle au son des sambas. Union des Carnavals du monde !

 

Thème 2 :

 

Quand la nuit se répand en nappes dans la ville,
La fenêtre d'en face s'éclaire doucement,
À travers les barreaux, la lumière scintille,
La fenêtre se nimbe d'un mystère angoissant.

Les carreaux martelés laissent passer des ombres
Mouvantes, ondoyantes, dans la clarté blafarde,
Des silhouettes floues s'en vont dans la pénombre,
S'agitent mollement, serait-ce la Camarde ?

Il y a quelques fois un éclair fulgurant,
Une lame, un couteau qui recherche une proie,
La Camarde, c'est sûr, s'avance sournoisement,
Et sa faux redoutable ne m'épargnera pas.

Surgissant des ténèbres, illuminant la nuit,
Le mystère m'entoure, m'enveloppe toute entière,
Moi, je me raccroche à Edmond Rostand qui dit :
"C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière!"

Repost 0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 19:48

Atelier du 6 .2. 13 animé par Thébaine

ECRITURE ET CINEMA

Premier thème : UN FILM

Décrivez un film que vous avez aimé particulièrement :
Son histoire, ses couleurs, sa musique,
Ses personnages, son atmosphère.
Texte libre ou poème.

Deuxième thème : LA ROSE POURPRE DU CAIRE , entre l’écran et la réalité.

Inspirez-vous de ce personnage, qui sort de l’écran .le séducteur , et
Vient retrouver la belle éplorée, dans la réalité ;
La fait entrer dans le film (qui est son monde, en fait )…
Laissez libre cours , surtout , à votre imagination …

 

.................

 

Premier thème : CUISINES ET DÉPENDANCES

 

0

 

Ménagère stressée qui court dans sa cuisine,

Elle reçoit des amis, dont un qui a réussi,

Il passe à la télé, il parle et il brille,

Mais ce n'est là qu'un fat, ce n'est pas un ami.

 

Un autre, Jean-Pierre Bacri, bougonne, toujours en rogne,

Dans la cuisine, tout le temps, préfère rester assis,

Il analyse les choses, il sent et juge l'homme

Qui subjugue les dames, séducteur accompli.

 

Arrive alors l'épouse, Agnès Jaoui, la belle,

L'épouse du mondain qui la trompe à tout va,

Elle n'est pas dupe, elle sait, à la fois forte et frêle,

Que la vie de paillettes n'est que du cinéma.

 

Dans la cuisine, alors, se font les confidences,

Des morceaux de la vie découpés au couteau,

Le spectacle hypocrite s'invite dans la danse,

Mauvais choix de valeurs, ménagère en lambeaux !

 

......................

 

Deuxième thème : FOREST GUMP

 

forrest-gump-p111

 

Ce film, Foret Gump, je l'ai vu je ne sais combien de fois. C'était un des films préférés des enfants et souvent, ils me réclamaient la cassette. Oui, à l'époque, on enregistrait des films sur des cassettes ! La dernière fois que je l'ai regardé, j'étais seule, et cette histoire extraordinaire est arrivée.

Une plume accompagne Forest dans son voyage, vous souvenez-vous ? Elle vole, légère, dans les airs... Elle croise à nouveau sa route, alors qu'il mange des chocolats, assis sur un banc.

La plume, ce jour-là, au lieu de poursuivre son errance, se pose sur sa main. Forest la regarde, lève la main vers sa bouche, me fixe, si, si, il me fixe, et souffle sur la plume qui traverse l'écran pour retomber en se balaçant sur mes genoux. Je la saisis, je le regarde. Regard suppliant. Il tend son doigt, me désigne la plume.

Je l'examine. Elle transporte un minuscule rouleau de papier, que je déroule délicatement. Message improbable d'outre-écran ! Juste une phrase : "Va-t-elle m'aimer ?"

Je hoche la tête, oui, elle t'aimera, et renvoie, dans un souffle, la plume qui repart dans le ciel de Forest. Il me sourit, se lève, et s'en va à la recherche de sa tendre amie.

Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 10:21

 

ATELIER D'ÉCRITURE DU 23 JANVIER 2013 

 

… écrire des histoires...

 

DSCF8530

 

 

Sujet 1 :

 

Se mettre dans la peau d'un inspecteur de police et écrire une histoire « policière » en utilisant les mots...

  • neige

  • globule

  • photo

… et en faisant intervenir les 5 sens :

  • L’ouïe

  • L'odorat

  • Le goût

  • Le toucher

  • La vue

…............................................

 

Sujet 2 :

 

Écrire un texte, en vers ou en prose, commençant par « Tu m'as dit... » et se terminant par « mais je ne t'ai pas cru ! »

 

________________________________________________________________________________________________

 

Ça donne ça

 

Sujet 1 :

 

ALBIRÉO MÈNE L'ENQUÊTE

 

Je relève mon col et glisse mes mains dans la douce chaleur des poches de ma veste. La neige crisse sous mes pas. Les derniers rayons de soleil la teintent de rose.

J'arrive sur les lieux. La police a installé des barrières de sécurité autour de la bâtisse. Je me faufile dans le salon. Une odeur suffocante de viande carbonisée me pique les yeux. Là, sur le canapé, un homme gît, la joue gauche brûlée jusqu'à l'os, le crâna éclaté. Vision cauchemardeuse qui m'emplit la bouche d'amertume !

Une bouillie de globules miroite au sommet de sa tête se termine en un filet de sang qui s'écoule lentement, jusqu'au sol. Près de lui, les débris d'un cadre et d'une photo de mariage.

J'examine le cadavre. Sur le cuir chevelu, des morceaux de verre provenant, me semble-t-il, du cadre brisé. La joue gauche a disparu. Ne reste que la trace noire de la brûlure dont la forme me rappelle... un fer à repasser !

Trouver le fer à repasser ! Je fouille l'appartement, je le trouve, soigneusement rangé dans la buanderie. Il est encore tiède, avec des lambeaux de peau collés à la semelle.

Une entrevue avec l'épouse me paraît nécessaire...

 

 

Sujet 2 :

 

TU M'AS DIT

 

Tu m'as dit que tu irais siffler là-haut sur la colline, que tu m'attendrais avec un bouquet d'églantines.

Tu m'as dit que ce soir on irait manger des frites chez Eugène, qu'on irait au cinéma, que tu me donnerais des lilas.

Tu m'as dit que tu me donnerais tous les oiseaux, tous les bateaux, tous les soleils.

Tu m'as dit que quand je dégrafais mon corsage pour donner la gougoutte à mon chat, tous les gars, tous les gars du village étaient là, là, là, là.

Tu m'as dit, tu m'as dit...

Mais je ne t'ai pas cru !

Repost 0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 22:36

1

 

 

Après la trêve des confiseurs, l'atelier d'écriture chez Viviane a repris. C'est Joël qui l'anima.


  • Le premier thème : Faire un déroulé dans le temps en vers ou en prose, loufoque si possible.

Un jour de mille neuf cent soixante

J'ai décidé d'avoir vingt ans.

J'ai donc poussé comme une plante,

J'ai couru plus vite que le temps.

Mais le temps ne s'est pas laissé faire,

Il me rattrappe, me ralentit,

Me fait tomber le cul par terre...

Du coup, je n'ai pas grandi.

Et je me retrouve, jeunette,

Au milieu des années soixante-dix,

Quinze ans à peine, une fillette !

Encore cinq ans et c'est parti !

C'est parti et c'est passé vite !

Vingt ans, cinquante, etcetera...

Le temps s'affole, la vie s'agite ;

Comme c'était calme en ce temps-là !

 

 

  • Le deuxième thème : variations sur un proverbe à la façon de Boris Vian dans "Les Proverbiales" (link)

Une hirondelle ne fait pas le printemps.

Une rondelle ne roule pas tout le temps.

Une ridelle vibre, camion bringuebalant.

Une donzelle en fleur, c'est le temps des amants.

Une ride ? Elle en rie ! Marque du temps.

Une Huron. D'elle, un mocassin d'antan.

Une Irlande ! Elle, pour Colette de tous temps.

Une ire ! Dire d'elle colère à l'ancien temps.

Une airdale ou presque... ma chienne maintenant.

Repost 0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 22:53

ATELIER D'ÉCRITURE DU CAL BON-VOYAGE

 

CONSIGNE : Racontez un évènement du point du vue d'un animal

Devinez lequel...

 

 

2012-11-26 224914

 

DANS LA PEAU DE ?

 

 

Belle journée pour se promener en forêt ! J'aime profiter de la douceur de l'automne. La forêt, je la connais par cœur. Elle sent l'humus et les cèpes, elle sent l'herbe humide des sous-bois. Elle sent... Une odeur inconnue ! Je la reçois, l'intruse, au détour du sentier, comme une gifle.

Je m'arrête, aux aguets. Une brindille craque quelque part. Tous mes sens sont en alerte ! Allons voir, mais... prudence. On ne sait jamais sur quel animal bizarre, voire belliqueux, on peut tomber.

J'avance doucement. Soudain, un éclair percute mon iris. Je scrute, je fouille, je cherche entre les feuilles... et je l'aperçois, caché dans un fourré. Un animal étrange, à la peau multicolore, sans poil, ni plume, ni écaille. Un animal dont l'énorme œil de verre me fixe. Je m'immobilise et l'observe à mon tour. Il ne bouge pas. Je sens en moi la colère qui gronde. Cette bête inconnue n'a rien à faire ici. Ici, c'est mon domaine. Pas question d'autoriser quiconque à s'installer sur mes terres !

Je pousse un cri terrible pour l'effrayer. Elle me répond par une rafale de cliquetis des plus insolites ! Son œil rond avance et recule d'une façon incompréhensible. Jamais vu ça ! Soudain, elle se déplie d'un bond, arrachant l'œil de verre qu'elle avait au front pour le laisser pendre à son cou et s'enfuit maladroitement sur ses deux pattes.

Je lui brame quelques injures tonitruantes avant de repartir, la tête haute et les bois fiers, rejoindre ma biche, la-bas, au fond des bois.

 

Albiréo

Repost 0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 20:56

LE 3 OCTOBRE, ON A FÊTÉ LE PREMIER ANNIVERSAIRE DE NOTRE ATELIER D'ÉCRITURE.

 

C'était à mon tour de l'animer. Je suis partie sur l'idée de faire une lecture sur le thème de la fête, avec des exercices d'écriture et des chants. Pour ce faire, j'ai préparé une rétrospective de quelques textes écrits par certains camarades tout au long de l'année, auxquels j'ai ajouté des poèmes et extraits d'œuvres d'auteurs. J'ai également intégré quelques jeux d'écriture et quelques chansons à chanter tous ensemble.

 

C'est la fête à l'atelier !!

 

P1040871

 

IL Y A UN ATELIER...

 

 

Il y a un atelier d'écriture qui fête sa première année

Il y a Viviane Thebaine Victoria de l'Orient qui l'a créé

Il y a Colette Colerette baroudeuse irlando-hollandaise

Il y a Monique Henora surbookée

Il y a Yza Yerogirl en or

Il y a Inge Susi à la bouteille d'eau

Il y a Jocelyne sans pseudo

Il y a Colette Pastelinette qui l'a adopté

Il y a Joël Naturart au bois flotté

Il y a Gérard Gepetto Ulysse de ces dames

Il y a Gérard Adreamis perché sur un rocher

Il y a Christian Chrisbi paléontologue éminent

Il y a Mado Albiréo d'aqui et de l'espace

Il y a le salon où Viviane nous reçut, animant le premier atelier qui commença par « Il y a.... »

 

 

Et l'atelier se poursuivit... Il y eut un mariage célèbre que Colette va nous raconter:

 

Mon Indiana Jones s'appelle... Tintin. Un Tintin qui a fini par grandir, et même par se tenir tranquille.
Un jour, au château de Moulinsart, Tintin s'est aperçu que le monde féminin ne se limitait pas à la Castafiore et à Irma sa suivante ; pas non plus à la bouchère du village, Madame Sanzot .


Tintin m'a épousée. Je suis journaliste et j'étais venue l'interviewer. Je l'ai écouté raconter l'autre face de ses aventures, c'est à dire la manière réelle dont il avait vécu toutes ses mésaventures. N'oublions pas qu'à la page 9 de chaque album, Tintin manque de mourir...

Il s'est donc confié à moi, et finalement il a avoué avoir envie de se calmer, d'envoyer Haddock en cure de désintoxication pour alcooliques avancés et de laisser Milou enfin se reposer.

 

Tintin m'a épousée, le croiriez vous ?
Oui, j'aimais en lui ce côté aventurier et il a senti que j'étais celle qu'il lui fallait.
Je lui ai trouvé un coiffeur qui lui a conseillé de laisser pousser un peu ses cheveux et de renoncer à sa houppette. Il ne se rase plus et il est aujourd'hui plus barbu que le capitaine Haddock.

 

Pour notre mariage, le château était rempli de dessinateurs belges, un chinois était là aussi, quelques congolais, un aviateur toujours borgne et, chance pour nous, la Castafiore était aphone, et causait avec Tournesol qui n'avait pas perdu son sonotone. Ce fut un beau mariage, mais, tout de même, heureusement que mes copines étaient là...

C'était il y a plus de 20 ans. Et, depuis, Tintin n'a plus voulu faire un seul voyage, il a pris 20 kilos, a acheté des Charentaises et lit des BDs à longueur de journée. Par chance, l'ADSL n'est pas encore arrivé au château de Moulinsart...

Vous parliez d'Indiana Jones ? Finalement, j'aurais du le choisir au lieu de mon héros préféré...

 

De cette union naquit un être extraordinaire et c'est Viviane qui nous en parle :

 

Colette était sagement installée chez elle, à tricoter ...
Un bruit bizarre et soudain lui fit le ver la tête ...
Était -ce un O.V.N.I. ?
Était ce une soucoupe volante ?
Une lumière verte ...
Ce sont des martiens, peut être ...
Un autre bruit surgit,

accompagné d'une lumière violette ...
Un autre O.V.N.I. ?
qui atterrit dans le jardin ?
Les deux lumières se rapprochent
l'une de l'autre,
se fondent, se confondent
et une fleur blanche jaillit...
Une voix grave parvint à Colette :
-Nous, habitants de Mars et de Vénus,
sommes venus à toi, terrienne,
pour donner le jour à un être nouveau ...
Il sera de Mars et de Vénus ;
mais pour tous, sera ton enfant ...

Neuf mois plus tard ...
Colette se sentit prise de douleurs pelviennes ...
Ça y est, j'accouche ...
vite, la valise, cour
ons à l'hôpital, vite ...

C'était il y a vingt ans ;
le jour où Colette enfanta
d'une petite extra-terrestre métis ...

 

Un atelier en joie où l'on fête l'amour ! Verlaine l'a bien compris. Le voici qui s'invite avec ses « Fêtes galantes... »

 

SUR L'HERBE

L'abbé divague. - Et toi, marquis,
Tu mets de travers ta perruque.
- Ce vieux vin de Chypre est exquis
Moins, Camargo, que votre nuque.

- Ma flamme... - Do, mi, sol, la, si,
L'abbé, ta noirceur se dévoile!
- Que je meure, mesdames, si
Je ne vous décroche une étoile!

- Je voudrais être petit chien!
- Embrassons nos bergères, l'une
Après l'autre. - Messieurs, eh bien?
- Do, mi, sol. - Hé! bonsoir la Lune !

 

Un atelier parfois coquin, visité par quelque Vénus callipyge, inspirant à Viviane un abécédaire flamboyant !

 

Allons, cher Yonathan,
Beau ténébreux et vaillant
Chevalier au cœur tendre et blessé,
Déposez sur mon épaule, un baiser ;
Et sur mes fesses frémissantes,
Folâtrez de vos mains ardentes,
Gaiement ou comme il vous plaît …
Hâtez, vous, mon aimé,
Inutile d’aller à confesse,
Jouons fesse contre fesse.
Kama –sutra vous lirai ;
Languissante je suis, chevalier …
Montrez-moi vos talents,
Noyez-moi sous vos baisers …
Oh oui et vos caresses, mon âme,
Peuvent glisser sur ma peau
Qui vous réclame.
Revenez … plus bas…, plus haut…
Suivez le chemin de mon intimité,
Trouvez le trésor caché ;
Unissons nos doux élans,
Voluptueusement, tendrement ;
Walkyrie, je deviens sage,
Xylophage, je deviens telle
Ygréne, la douce reine si belle,
Zen, et sereine …

 

 

«  Le récit de la fête est à moitié la fête . » dit un proverbe tadjik.

 

En trois lignes, fais un texte sur le sujet, en vers ou en prose..............

 

 

Et l'atelier se poursuivit au fil des saisons. Le printemps arriva, les haïkus du 1er mai aussi : 
Premier mai fleuri, 

Les rues célèbrent ta fête...

 - des chants et des cris.

 Les drapeaux rouges flottent

Le cortège chante dans le rue

L'espoir de demain.

 

« La fête continue » … avec Prévert...

 

Debout devant le zinc
Sur le coup de dix heures
Un grand plombier zingueur
Habillé en dimanche et pourtant c’est lundi
Chante pour lui tout seul
Chante que c’est jeudi
Qu’il n’ira pas en classe
Que la guerre est fini
Et le travail aussi
Que la vie est si belle
Et les filles si jolies
Et titubant devant le zinc
Mais guidé par son fil à plomb
Il s’arrête pile devant le patron
Trois paysans passeront et vous paieront
Puis disparaît dans le soleil

Sans régler les consommations

Disparaît dans le soleil tout en continuant sa chanson.

 

Elle se poursuit avec cet haïku sur la fête, que tu vas faire............................................
 

 Attiré par le talent de ce salon littéraire prestigieux, Baudelaire s'invita avec un extrait de texte en prose, intitulé : « Le vieux saltimbanque »

Partout s’étalait, se répandait, s'ébaudissait le peuple en vacances. C’était une de ces solennités sur lesquelles, pendant un long temps, comptent les saltimbanques, les faiseurs de tours, les montreurs d’animaux et les boutiquiers ambulants, pour compenser les mauvais temps de l’année.
En ces jours-là il me semble que le peuple oublie tout, la douleur et le travail ; il devient pareil aux enfants. Pour les petits c’est un jour de congé, c’est l’horreur de l’école renvoyée à vingt-quatre heures. Pour les grands c’est un armistice conclu avec les puissances malfaisantes de la vie, un répit dans la contention et la lutte universelles.

 -L’homme du monde lui-même et l’homme occupé de travaux spirituels échappent difficilement à l’influence de ce jubilé populaire. Ilsabsorbent, sans le vouloir, leur part de cette atmosphère d’insouciance. Pour moi, je ne manque jamais, en vrai Parisien, de passer la revue de toutes les baraques qui se pavanent à ces époques solennelles.

Elles se faisaient, en vérité, une concurrence formidable : elles piaillaient, beuglaient, hurlaient. C’était un mélange de cris, de détonations de cuivre et d’explosions de fusées. Les queues-rouges et les Jocrisses convulsaient les traits de leurs visages basanés, racornis par le vent, la pluie et le soleil ; ils lançaient avec l’aplomb des comédiens sûrs de leurs effets, des bons mots et des plaisanteries d’un comique solide et lourd comme celui de Molière. Les Hercules, fiers de l’énormité de leurs membres, sans front et sans crâne, comme les orangs-outans, se prélassaient majestueusement sous les maillots lavés la veille pour la circonstance. Les danseuses, belles comme des fées ou des princesses, sautaient et cabriolaient sous le feu des lanternes qui remplissaient leurs jupes d’étincelles.

Tout n’était que lumière, poussière, cris, joie, tumulte ; les uns dépensaient, les autres gagnaient, les uns et les autres également joyeux. Les enfants se suspendaient aux jupes de leurs mères pour obtenir quelque bâton de sucre, ou montaient sur les épaules de leurs pères pour mieux voir un escamoteur éblouissant comme un dieu. Et partout circulait, dominant tous les parfums, une odeur de friture qui était comme l’encens de cette fête.


Jacques Prévert n'est pas en reste ! Le voici qui surgit, déclamant : « Fête foraine »
Heureux comme la truite remontant le torrent
Heureux le cœur du monde
Sur son jet d’eau de sang
Heureux le limonaire
Hurlant dans la poussière
De sa voix de citron
Un refrain populaire
Sans rime ni raison
Heureux les amoureux
Sur les montagnes russes
Heureuse la fille rousse
Sur son cheval blanc
Heureux le garçon brun
Qui l’attend en souriant
Heureux cet homme en deuil
Debout dans sa nacelle
Heureuse la grosse dame

Avec son cerf-volant
Heureux le vieil idiot
Qui fracasse la vaisselle
Heureux dans son carrosse
Un tout petit enfant
Malheureux les conscrits
Devant le stand de tir
Visant le cœur du monde
Visant leur propre cœur
Visant le cœur du monde
En éclatant de rire.
 
Ce qui fait dire à Francis Blanche :
« Fêtes nationales ?... Fêtes religieuses ?... Le peuple n'est pas toujours tellement regardant, quant à l'origine de ses joies. Pourvu qu'il s'amuse, il n'en demande pas davantage. »
À l'atelier, on s'amuse en écrivant. Aux beaux jours de l'été, l'acrostiche bucolique nous chatouilla. Viviane le publia...
B utinons dans les bois,
U ne biche nous y attend ;
C ourons derrière elle ;
O sons la suivre ...
L oin, elle nous entraînera ;
I rons nous dans un château abandonné
Q ue la Belle aura quitté ?
U n homme l'aura enlevée,
E tranger ou extra-terrestre .
Aujourd'hui, jour de fête à l'atelier, fais un acrostiche la fête ............
 
À l'atelier, nous écrivons... même des lettres... dont une, signée par Viviane, qui vient du passé...

Je t'écris de cette étrange contrée où je me trouve aujourd'hui ...
Nous avons descendu le fleuve du Temps
sur un vieux bateau
et nous sommes arrivés dans un Moyen Age lointain.
Il y avait une foire,
des objets merveilleux ,des objets colorés,
Les forains les visiteurs et visiteuses
étaient brillamment vêtus ;
ils aimaient porter des chapeaux extraordinaires ;
au milieu de la grand place, il y a un arbre
avec un pendu attaché par un pied
et qui jongle avec des pièces.
Étrange humanité !
Mais est ce l'humanité ...ou un monde parallèle ?
Ces êtres se ressemblent tous ...

 

 Un monde bien étrange, en effet ! Il s'en passe des choses bizarres dans ce salon ! Il y eut même un animal en bois flotté, venu du fond des âges...

 

Le pipier de Cogolin a trouvé sur la plage un bois flotté superbe. Il l'amena à son atelier pour en faire une pipe originale.

Il attaqua le bois avec ses outils, mais le bois résista. Une résistance inhabituelle! Ce n'était pourtant pas la première fois qu'il utilisait ces morceaux ramassés au bord de mer. Mais là, non! Le bois manifestait une volonté intraitable, refusant de devenir une vulgaire pipe qui noircirait à la fumée.

Le fabricant sentait sa main qui ne lui obéissait plus. Les outils façonnaient l'objet, indépendants. Le bois savait ce qu'il voulait!

Doucement, la forme d'un animal fantastique émergea. Le bois racontait une histoire: l'histoire de sa vie, de sa mort, de sa nouvelle existence. Il voulait devenir la sculpture de la bête qui avait cassé la branche d'où il était issu.

Et la bête se matérialisa sous la main du pipier. Un animal étrange, un dragon venu du fond des âges...

 

Ceci attira les sorciers et sorcières du « Festin dai Magou » chanté par Georges Delrieu, un auteur niçois...

 

Une fois l'an et le vendredi

Gnomes boiteux, sorciers bossus

Se regroupent de l'aîné au cadet,

Près d'un chaudron qui semble un puits.

Chacun se lève, s'accroupit

Toute la nuit jusqu'au matin.

Fantômes, dragons, sorcières, petites sorcières

Ne font que cela. C'est le festin !

 

C'est nous les rabat-joie,

Vous ne savez pas ce que nous touillons ?

C'est une cuisson de raviolis

Dans une sauce, que nous tournaillons !

 

Un bon repas, c'est la fête ! Surtout si on l'accompagne d'un petit verre de vin. Il y eut une lecture sur le sujet : « AU JARDIN DE BACCHUS »,

 

Bacchus tendit une coupe aux deux hommes, qu'une jeune fille remplit de vin. Ils le dégustèrent à petites gorgées, savourant la pureté de ce nectar des dieux. Abû-Nuwâs s'écria:

« Elle verse un vin pur, du bec de l'aiguière et l'on
est ébloui - ce qui donne sommeil.
Ce vin, plus pur que l'eau, ce vin est sans pareil:
l'eau qui craint le mélange, évite de lui plaire.
Mais si l'on mélangeait le vin à la lumière

le résultat serait lumière sur lumière. »...

 

Un texte lumineux qui donne envie de chanter du Graeme Allwright... tous ensemble !

 

Jolie bouteille, sacrée bouteille
Veux-tu me laisser tranquille ?

Je veux te quitter, je veux m'en aller
Je veux recommencer ma vie...

 

À l'atelier, après un petit verre, nous devenons philosophes ! Nous avons ainsi disserté sur une citation de Chaplin, « La simplicité est une complexité résolue », qui a inspiré Viviane...

 

De la simplicité avant toute chose

Et pour cela préfère la rose.
Tout est dans le point de vue ;
Et la complexité est résolue ;
Prenons de la distance
Et tout se résout avec élégance ;
Notre complexe Terre
Vue de Jupiter ,
Est une île dans l'espace ;
Remettons les choses à leur place,
Revenons à la simplicité
Et à l'humilité.
Avec son regard d'enfant,
Chaplin voyait tout simplement ...

 

et nous avons cogité sur « On ne sait plus si le monde a empiré ou si l'on a tout simplement vieilli »,de Robert Musil, que Christian a traité de façon impériale !

 

Ah ! Le bon temps de l'Homo Sapiens ! Monsieur Oumff Néanderthal, seul survivant d'une famille de 18 enfants, a froid parce qu'une bourrasque vient de souffler le feu. Il se lève, enfile sa peau de tigre aux dents de sabre, recouche le petit dernier qui voulait l'imiter, d'un coup de massue, sort de l'abri et part à la chasse, pendant que Madame va dans les bois humides à la recherche de quelques branchages pour rallumer le feu. Il reviendra (ou pas) avec une antilope et quelques baies cueillies ça et là, pour le dessert. A vingt-cinq ans, s'il vit encore, il sera vieux et dirigera ses successeurs à coups de pieds et de "d'mon temps, c'était quand-même autre-chose !!!" Dans sa vie, il en a connu, des catastrophes : grippes meurtrières ; guerres de clans ; famines de sécheresse ; il a tué, beaucoup ; il a vu mourir les siens... Et il est toujours là. Le paradis ? Il ne connaît pas, personnene lui en a 0jamais parlé. Mais il pense, car IL PENSE, oui, que c'est ce qu'il vit quotidiennement, parce que... Parce que c'est beau, la vie, tout simplement.
30 000 ans plus tard, Monsieur et Madame De Derthal, âgés respectivement de 75 et 78 ans, sont en colère. Madame a raté les soldes. Monsieur sa partie de bridge. Ça empire de jour en jour. Ça va de plus en plus mal dans ce pays. Comme ils sont malheureux ! Cette vie est décidément trop dure. Vivement la mort !

 

Ah ! Oui ! Pour se creuser les méninges, nous ne sommes pas les derniers ! D'ailleurs, voici venir un petit exercice :

 

Un petit texte pour l'anniversaire de l'atelier qui commence par « Ah ! Le mercredi soir chez Viviane... » et se termine par « … la douce clarté de la lune. » .....

 

 

Et, puisque c'est la fête, tout finit en chansons. L'atelier d'écriture s'est ré-approprié La Marseillaise. En voici deux versions joyeuses. La première est de Colette, la seconde de Viviane.

 

Nous allons les chanter tous en chœur.

 

Allons Enfants de notre France
Des jours meilleurs arriveront
Contre nous toute adversité
Loin de nous toute atrocité (bis)

Écoutons bien chanter le coq
Sachons mettre au pot nos poulets
Henri, Louis et même Napo
Seraient fiers qu’on soit de vrais français

Amis, à vos fourchettes
Levez bien haut vos verres
Soyez soyez, des gastronomes
C’est ça, être français.

 

....

 

Allons, allons, enfants de France,
Enfants de Bretagne et Provence,
Enfants des montagnes et plaines,
Des bords du Paillon et de la Seine,
Prenons la poudre d’escampette,
Loin du bruit des trompettes.
Célébrons la Vie et l’Amour.
Ensembles ,festoyons tous les jours.

 

 

Festoyons, les amis, et trinquons pour l'anniversaire de notre atelier !!

 

Et comme le dit si bien Frédéric Dard :

 

« Mon Dieu, que votre volonté soit fête ! »

 

 

P1050253

 

Albiréo

Repost 0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 14:10

ATELIER D'ÉCRITURE ANIMÉ PAR INGE

 

 

THÈME : UNE AQUARELLE ACCOMPAGNÉE D'UNE CITATION

 

 

P1040886

 

"De l'enfer il ne sort que l'éternelle soif

de l'impossible mort"

 

Théodore Agrippa d'Aubigné

 

-----------------------

 

 

Les flammes de l'enfer se teintent de rose,

De roses écloses dans le jardin maudit

Où les âmes en souffrance espèrent un paradis

Bleu, comme l'azur du ciel à son apothéose.

 

Le feu devient Malin, que Diable !

Il crépite alentour de l'impossible mort.

On appelle le froid pour apaiser les corps

Brûlant dans la fournaise sauvage, impitoyable.

 

Pour trouver le repos dans ce monde retors,

On prie, supplie la pluie pour éteindre ces flammes

Qui tordent de douleur toutes ces pauvres âmes

Assoiffées d'un éden, dans l'impossible mort.


Albiréo


Repost 0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 15:25

L'ATELIER DU 11 JUILLET, ANIMÉ PAR MOI-MÊME

 

 

VÉNUS CALLIPYGE

 

La Vénus callipyge (en grec ancien Ἀφροδίτη Καλλίπυγος, soit Aphroditê Kallipygos) est un type particulier de statue grecque représentant la déesse Vénus, ou plus exactement Aphrodite, soulevant son péplos pour regarder ses fesses, nécessairement superbes (kalos = beau, pygos = fesse), par dessus l’épaule. (WIKIPÉDIA)

 

Faire un texte , un poème, une chanson, un haïku, acrostiche, ce qu'on veut, à la gloire des belles fesses...

 

 

 

ÉCRITURE ABÉCÉDAIRE

 

Elle consiste à écrire une phrase ou un texte dont chaque mot commence par une lettre dans l'ordre de l'alphabet. Texte en trois phrases maximum. Sujet libre.

 

Exemple :

Aujourd'hui, baies, coquelicots, dahlias embaument finement, gaiement, humés imperceptiblement. Joyeux, Kevin, Lise marchent nonchalants, occupés par quelques ruisseaux subitement taris. Unis, Vincent, Walter, Xavier y zigzaguent.

 

________________________________________________________________________________________________

 

      THÈME 1 :

 

VÉNUS CALLIPYGE

 

Au Panthéon des dieux, dans les constellations,                    callipyge

Brille un astre de feu, une belle vagabonde,

C'est Vénus, la déesse qui provoque l'émotion

De l'amour, la beauté, avec ses fesses rondes .

 

Immortelle dans le marbre blanc de l'esthète,

Elle dévoile ses charmes aux formes bien galbées,

Soulevant son péplos sur ses hanches parfaites,

Elle nous montre ses arrières aux rondeurs sublimées.

 

La beauté de la femme, ses délicats contours

Enchantent les regards depuis l'aube des temps.

Érotiques atours, les courbes de l'amour

Mettent à genoux les hommes, même les mécréants.










THÈME 2 :
Amour, Beau Cul..te, Douces, Élégantes Fesses Générées Hellénistiquement Inspirent Joyeux Kakis, Lune, Merveille Nue Offerte Pour Quelques Regards Sur Toi, Vénus ! Walkyrie, Xanthie Y Zigzaguent...
                                                         Albiréo
Repost 0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 08:00

LORS DU DERNIER ATELIER D'ÉCRITURE CHEZ VIVIANE, LE PREMIER THÈME ÉTAIT :
 

 

 ANAPHORES
 

 

A la manière du "IL Y A" de APOLLINAIRE

 

 

P1030173

 

 

Il y a le mercredi soir,

Il y a la table ronde,

Il y a le cidre qu'on boit,

Il y a aujourd'hui tout le monde.

 

Il y a l'atelier chez Viviane,

Il y a les amis qui sont là,

Il y a du cake, de la frangipane,

Il y a la consigne :  « Il y a ».

 

Il y a le petit vent qui chante,

Il y a un tintement discret,

Il y a les vers qui me hantent,

Il y a la joie de partager.

 

Il y a le silence studieux,

Il y a des « Il y a » qui inspirent,

il y aura des textes fabuleux,

Il y en aura qui font rire...

 

                                       Albiréo

Repost 0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 22:01

Le 2 mai, atelier d'écriture proposé par Inge:

 

Sujet n°1: écrire des haïkus sur le 1er mai.

 

Sujet 2: Tout s'use : les habits, les célébrités, les maisons, l'amour.

La seule inusable : l'espérance.

Écrire un texte sur ce que cette phrase nous inspire.

 

SUJET 1: 

HAÏKUS DU PREMIER MAI

 

 

Dans la brise fraîche                                                                         P1030956

Les clochettes blanches embaument

– délicat parfum.

 

Les drapeaux rouges flottent

Le cortège chante dans la rue

L'espoir de demain.

 

Le soleil de l'aube

Irise le blanc muguet...

– des perles de nacre.

 

Sur l'étal fleuri,

les muguets de mêlent aux roses...

– souhait de bonheur.

 

À l'ombre du mur

Jaillissent les muguets fleuris

Dans leurs vertes feuilles.

                                                                                                P1020869

La fête du travail

A un goût inhabituel...

Élection oblige !

 

Au lever du jour,

L'arbre du jardin diffuse

Un gai pépiement

 

Premier mai fleuri,

Les rues célèbrent ta fête...

– des chants et des cris.

 

SUJET 2:                                                                                                                                                    

 

Un habit de lumière

Qui devient élimé,

La gloire est éphémère ,

Le succès est tombé

Emportant avec lui

L'amour de toute une vie.

Dans la maison vétuste

L'espoir s'en est allé.

Tout cela est injuste,

Je veux me suicider !

Mais la vie qui m'habite

Me pousse vers l'avant,

L'espérance me guide

Vers de nouveaux talents.

Repost 0

Présentation

  • : Des textes issus d'ateliers d'écriture...
  • Contact

Profil

  • ALBIREO

Recherche

Pages