Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 21:48

Issu d'un atelier d'écriture :

Un personnage sort du livre, donne son point de vue...

Baba, le pirate en poste à la vigie, est descendu sur le pont. Cette fois, c'en est trop ! Il vient de se prendre un pigeon dans l’œil en navigant sur la BD « Le papyrus de César ». Et ça les fait rire ces idiots de dessinateurs ! Triple Patte, comme d'habitude, rajoute sa citation latine : « Dat veniam corvis, vexat censuras columbas » (La censure épargne les corbeaux et tourmente les colombes). Baba fulmine :

– Ah ! Bien vu le coup des blanches colombes pour un numide à la peau noire ! Effet comique garanti pour le lecteur, mais moi, j'apprécie moyennement… Déjà qu'on me fait parler sans les « r »… Combien de « à t'ibo'rd » et de « à babo'd » ai-je hurlé depuis la hune !! Non, t'op, c'est t'op !

Héééééé ! Tu ne vas pas t'y mettre toi aussi qui m'a donné la parole !!!! Grrrr...

Reprenons : trop, c'est trop ! J'en ai assez d'être perché en haut de ce mât à guetter l'horizon. J'aimerais bien participer à la vie sur le pont, faire des manœuvres avec les copains, régler les voiles, travailler en équipe quoi ! Je me sens seul là-haut et j'ai le mal de mer. Et puis franchement, Uderzo et Goscinny auraient pu de temps en temps faire de moi un héros quand même ! J'aurais adoré sauver le bateau, ridiculiser au moins une fois Astérix et Obélix. Ces deux-là sont les terreurs de l'équipage ; enfin, c'est ainsi qu'ils sont signifiés par les auteurs. Chaque fois que le bateau des Pirates les croise, et ça arrive souvent BD après BD, c'est la catastrophe ! Soit il est coulé par les deux Gaulois, soit sabordé par Barbe Rouge notre chef, soit abandonné par l'équipage pour ne pas les croiser, ces Gaulois de malheur, soit échoué, soit pillé, et même une fois, sabordé par moi-même à la suite d'une dispute ! Ça, ça me reste en travers ! Ce n'est pas correct de la part des auteurs. Ils ne mesurent sûrement pas la honte qu'ils m'ont infligée. Saborder mon bateau, même pour faire rire les enfants, ça me reste en travers. Moi, mon rêve c'est de naviguer en gardant ma dignité, mais ça, apparemment, c'est hors des compétences de mes auteurs ! Ils ont fait de moi un amuseur pour cour de récréation alors que je suis de taille à vivre de belles aventures, voguant sur les mers, me lançant, féroce, à l'abordage de quelque riche navire, engrangeant des trésors… Je suis sûr que l'équipage aussi aspire à une vie de pirate digne de ce nom. Barbe Rouge est un grand chef pour peu qu'on lui en donne l'occasion. La mutinerie gronde, je vous préviens, dessinateur et scénariste, ça va péter…

Un pigeon dans l’œil ! Ils ne me l'avaient jamais faite celle-là ! J'en fais une tête… de pigeon !! C'est toujours sur moi que ça tombe les trucs ridicules. J'ai l'air de quoi à crier : « Chef ! un pigeon 'eçu dans l’œil avec un message ! ». Et l'autre qui roucoule au creux de mes gros bras ! Ils m'ont transformé en nounou pour volatile… J'ai l'air malin, gnmmmf !… Ah, ben ça, c'est la meilleure... voilà que je pouffe maintenant ! Manquerait plus que je me mette à rigoler ! À y regarder de plus près, c'est vrai qu'il est plutôt drôle ce dessin…

La bouche de Baba frémit ; les coins de ses grosses lèvres rouges remontent et un un grand rire tonitruant explose, emporte sa colère, ou plutôt sa colè'e, par-dessus la hune, loin dans le ciel de la BD.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Des textes issus d'ateliers d'écriture...
  • Contact

Profil

  • ALBIREO

Recherche

Pages